Archives de Tag: Jean Paul Gaultier for Target

Jean Paul Gaultier: d’enfant terrible à terrible ?

Sur papier, l’idée semblait géniale: Jean Paul Gaultier pour Target. L’enfant terrible de la mode, en version accessible pour madame tout-le-monde. Les créations du designer, maintenant démocratisées et abordables. Sur papier: oui ! Tout d’abord, le look book n’était pas si mal et les articles de magazines non plus. J’ai reluqué le trench (double breasted), le top marinière et la petite robe noire. Je vous en ai même parlé avec enthousiasme dans mon calendrier du mois de mars.

Et, exactement une semaine après le lancement de la ligne Jean Paul Gaultier for Target, je me retrouve chez Target. Vraiment, il y a de ces coïncidences dans la vie ! Honnêtement, je m’y rendais en partie parce que c’était la journée même du dévoilement de la ligne Liberty of London for Target (je vous en reparle dans le prochain article, promis !), mais qu’elle ne fut pas ma surprise, quand j’ai réalisé que la collection de JPG était encore bien présente sur le plancher.

Réaction initiale: excitation indescriptible ! Je m’avance frénétiquement vers lesdits racks, remplis de fringues JPG, pensant que j’allais dépenser tout mon argent sur chacune des pièces disponibles dans ma taille. NOT !

La robe jaune, si jolie, si flirty est là, celle-là même qui était mise en vedette dans la campagne de pub ! Je la vois. Bliss ! Je m’approche et oups, elle est en… vinyl. Vinyl ? Oui, du genre des K-Way de notre enfance, mais embossed. Oui madame, avec du relief en prime !

Même chose pour la oh, so cute, very Audrey Hepburn little black dress. Elle était quand même assez bien coupée et relativement seyante pour son prix, mais, encore une fois, en vinyl. Come on JPG !!!

C’est dommage. Parce que je voulais vraiment aimer la collection. Mais le manque de qualité des tissus et aussi le manque d’innovation dans le design m’ont vraiment déçue. J’ai vu beaucoup de tissus synthétiques, des pièces qui ne représentaient pas véritablement le talent du designer et des imprimés genre tatouages, lire Ed Hardy. WHAT ??? C’était déjà assez de savoir que Jon Gosselin flirtait avec Christian Audigier, jamais j’aurais cru que JPG allait nous proposer des bikinis et des tops arborant ce genre de motifs. So South Beach gone bad.

Certains designs rappellaient vaguement le style de JPG, mais ils étaient tellement dénudés du génie qu’on lui connaît que j’en étais vraiment attristée. Et je n’étais pas la seule. Les deux copines qui m’accompagnaient l’étaient aussi. Et les autres clientes l’étaient, sans aucun doute, aussi. J’ai compris assez rapidement pourquoi autant d’articles restaient invendus sur le plancher.

L’association entre grands designers et magasins grandes surface se veut sans doute plus difficile qu’on l’aurait cru. L’offensive de Target se voulait une réponse aux associations entre H&M et les grands designers de ce monde. Pour avoir (vous ne serez pas surpris) pris part aux stampedes entourant la sortie en magasin des lignes dites grands designers/petits prix (Viktor&Rolf, Roberto Cavalli, Matthew Williamson et Sonia Rykiel) chez H&M, je peux vous dire que les collections disponibles chez H&M étaient, sans aucun doute, d’une plus grande qualité. Et surtout, plus fidèles à l’essence même des designers.

Je respecte plus que tout le travail des créateurs. Je suis tout à fait d’accord pour investir une somme faramineuse d’argent dans une (voir plusieurs, si vos finances vous le permettent, lucky you !) pièce signée. Pourquoi ? Parce qu’il y a une démarche créative, un désir d’innovation, un travail acharné et un souci de qualité qui entrent en ligne de compte. Et, oui, tout ça à un prix.

En guise de conclusion, je me fais l’avocate du diable. Même si la qualité des matériaux et du design est questionnable, si la collection JPG for Target a réussi à faire découvrir ce grand créateur à un public qui ne le connaissait pas, tout n’est pas perdu tant qu’à moi.

Needless to say, je suis repartie bredouille. Mettant ainsi quelques dollars de plus de côté pour des articles qui en vaudront vraiment la peine. Comme quoi, encore une fois, less is more.

Publicités

1 commentaire

Classé dans On aime/On n'aime pas

Don’t be hatin’, I have something in store for you !

Je sais, vous allez dire que je vous ai négligé. Granted. Mais en fait, disons que je faisais de la recherche. Vraiment. Gros week-end de shopping, let’s just say.

Je suis partie visiter une copine (you know who you are !) à Toronto le week-end dernier et nous avons profité de l’occasion pour faire un saut dans l’état de New York et aller faire un pélerinage chez Target . Dimanche, justement la journée où la collection Liberty of London prenait d’assaut les planchers de la chaîne de magasins grande surface.

Oui, j’ai vu de mes yeux vus la collection de JPG pour Target et de Liberty of London pour Target. Et, oui, j’ai des photos à l’appui.

Oui, j’ai fait des achats.

Oui, j’ai une opinion sur les collections.

Stay tuned…

Poster un commentaire

Classé dans Saveur du jour

En avril ne te découvre pas d’un fil, en mars, soit designer en masse !

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles j’attendais le mois de mars avec impatience. Premièrement, parce que le 20, ce sera enfin le PRINTEMPS !

Ensuite, parce que d’ici là, sans doute pour nous faire patienter, les dieux de la mode se sont réunis pour nous faire des propositions. Et, en plus, ça ne coûtera pas cher !

Petit calendrier of all things designer for less du mois de mars.

7 mars: Jean-Paul Gaultier pour Target ET la soirée des Oscars !!!

Jean-Paul Gaultier s’associe avec le géant Américain Target pour une collection abordable. Et quand je dis abordable, I mean it, on parle ici d’étiquettes qui afficheront les chiffres suivants: 17,99$ à 199,99 (US)$. Et 199,99$, c’est pour un perfecto en cuir. Donc, du JPG pour moins de 200$, qui arrivera en magasin le 7 mars, c’est sans doute assez pour se taper les quelques heures de route nécessaires pour se rendre au Target le plus proche!

Gaultier est le troisième (très) grand designer à s’associer avec Target et emboîte le pas à Alexander McQueen (RIP) et Anna Sui. Son inspiration: la femme américaine (lire Madonna, qu’il a vêtue over and over again), qu’il décline en 5 looks: punk, Hollywood Glam, ingénue, Hip Hop et Rock n’ Roll.

Personnellement, je trouve que la collection n’est pas assez représentative du talent de l’enfant terrible de la mode, mais j’aime bien la petite robe noire et le t-shirt rayé qui crie Jean-Paul Gaultier.


 

Photos: People Style Watch, mars 2010.

Si vous osez faire un road trip dominical vers Target, assurez vous de revenir à temps pour la cérémonie des Oscars, aussi le dimanche 7 mars. Pour ma part, j’ai très hâte de voir les plus HOT et les plus NOT de la soirée ! Soyez sans crainte, je risque de vous en reparler !

Penélope Cruz, 2007.

14 mars: Liberty of London, aussi pour Target.


Je soupçonne presque une association entre les douaniers et la chaîne Target qui semble vouloir nous attirer south of border pour une deuxième semaine consécutive. Personnellement, je craque beaucoup plus pour cette association que pour celle avec JPG. La vidéo de présentation de la ligne sur le site de Target vous transportera peut-être autant que moi.

Il s’agit d’une énorme collaboration: vêtements pour hommes, femmes et enfants et toute une ligne d’articles pour la maison. Des sous-vêtements aux articles de jardinage, en passant par les bicyclettes, tout sera recouvert des motifs floraux qui ont fait la réputation de la marque britannique, qui, forte de ses 134 années d’expérience, prête ses motifs à plusieurs grandes maisons de couture, dont Cacharel. Inutile de dire que je craque ! Je prévois déclarer « a whole lot of Libery print random stuff » à la douane. Yes sir !

Imprimés liberty chez Cacharel.

Tout le mois de mars, et même jusqu’en avril, le Musée national des beaux-art du Québec still goes couture !

Depuis le 4 février dernier, et jusqu’au 25 avril prochain, le Musée national des beaux-arts du Québec présente Haute couture. Paris, Londres, 1947-1957. L’âge d’or, une expo organisée par le Victoria and Albert Museum de Londres (LE plus grand musée de design et d’art au monde) qui transporte dans la ville de Québec 250 créations originales des plus grands des grands qui ont marqué l’histoire de la mode.

Roger Vivier, Chaussures, fin des années 1950, satin brodé de perles de verre, soie et fil métallique. Don de Roger Vivier © V&A Images/Victoria and Albert Museum, Londres

Petit extra chouchou, aussi on display au Musée:  Barbie et la mode. 1959-1966.


Il s’agit, selon les mots du musée, « d’un complément ludique à l’expo haute couture ». Déjà, je suis conquise ! On y retrouve les looks les plus mémorables de la poupée qui a marqué, d’une façon ou d’une autre, nos vies et qui continue de faire partie de notre système de références. Je ne sais pas pour vous, mais j’ai vraiment envie de voir les tailleurs, les robes cocktails, les robes de bal et de soirée de cette poupée tant adorée. Surtout lorsqu’ils sont inspirés des grands designers comme Balmain ou Dior.

Tout ça, pour un petit 15$ !

Mon calendrier du mois de mars, plusieurs raisons (excuses ???) pour faire des road trips avec mes copines ? Sans doute !

Alors, who’s coming with me ?


4 Commentaires

Classé dans Calendrier Dress it down